Pour améliorer votre qualité de vie

Notre blogue – Québec

Une série continue de billets informatifs. Suivez les articles parus dans notre infolettre.

La posture idéale au bureau

Nous le disons souvent : la posture idéale au bureau est cruciale pour préserver la santé physique et mentale des travailleurs. Une mauvaise posture peut entraîner des douleurs au cou, aux épaules et au dos, ainsi qu'une mauvaise circulation sanguine et une fatigue accrue. Il est donc important de prendre conscience de votre posture et de l'ajuster régulièrement pour éviter les douleurs et les problèmes de santé à long terme. 

Lire l’article au complet

Quelques ajustements :

Voici quelques conseils simples, pour améliorer votre posture au bureau : 

  • Assurez-vous que votre chaise est réglée à la bonne hauteur. Les genoux doivent être pliés à un angle de 90 degrés, et les pieds doivent être posés à plat sur le sol. 
  • Utilisez un repose-pied pour soutenir vos pieds, et soulager la pression sur vos jambes et votre dos. 
  • Placez votre ordinateur à une distance confortable de vos yeux, de sorte que vous n'ayez pas à pencher la tête en avant pour voir l'écran. 
  • Utilisez un clavier et une souris ergonomiques, pour soulager la pression sur les poignets et les mains. 
  • Assurez-vous que vos épaules sont détendues, et que vous ne les haussez pas vers les oreilles. 
  • Faites des pauses régulières pour vous étirer et bouger. 

Une question d’adaptation

Il est également important de rappeler que la posture idéale, varie d'une personne à l'autre en fonction de leur morphologie, donc il est important de s'adapter à ses propres besoins. Ainsi, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé, pour vous aider à ajuster votre posture au bureau. N’hésitez pas à aborder le sujet avec votre orthothérapeute, afin qu’il vous aide à trouver les bonnes stratégies et qu’il adapte votre plan de traitement selon votre réalité du quotidien.

En conclusion

En somme, une bonne posture au bureau est synonyme d’amélioration de votre qualité de vie en tant que travailleurs. Il est important de prendre conscience de votre posture, et de l'ajuster régulièrement pour éviter des douleurs et des problèmes de santé à long terme. En suivant les conseils ci-dessus et en s'adaptant à ses propres besoins, vous pouvez améliorer votre posture au bureau, et augmenter votre confort et votre productivité.

Soins de massothérapie Québec

Les contrecoups de l’utilisation de nos muscles

L'utilisation régulière de nos muscles est essentielle pour maintenir une bonne santé physique et mentale. Cependant, lorsque nous surutilisons ou mal utilisons nos muscles, cela peut entraîner des contrecoups douloureux et invalidants.

Quelques contrecoups
Les douleurs musculaires

Les douleurs musculaires sont l'un des principaux contrecoups de l'utilisation excessive de nos muscles. Ces douleurs peuvent être causées par des microtraumatismes, des tensions ou des spasmes musculaires. Les personnes qui effectuent régulièrement des exercices intenses, comme les sportifs professionnels ou les culturistes, sont particulièrement à risque de douleurs musculaires.

Lire l’article au complet

Les entorses et les tendinites

Les entorses et les tendinites sont également des contrecoups courants de l'utilisation excessive de nos muscles. Les entorses se produisent lorsque les ligaments qui relient les os aux muscles sont étirés ou déchirés, tandis que les tendinites se produisent lorsque les tendons qui relient les muscles aux os sont enflammés. Ces problématiques communes peuvent être causées par des mouvements répétitifs ou des mouvements brusques.

La déshydratation

La déshydratation est un autre contrecoup de l'utilisation de nos muscles. Lorsque nous faisons de l'exercice, nous perdons de l'eau à travers la transpiration. Si nous ne remplaçons pas cette eau perdue, cela peut entraîner une déshydratation et une fatigue musculaire. Les personnes qui font de l'exercice en extérieur par temps chaud ou qui effectuent des exercices intenses sont particulièrement à risque de déshydratation. Pour ceux qui ne boivent que très peu d’eau, même s’ils sont peu actifs, la possibilité de souffrir de cette déshydratation et de cette fatigue musculaire est aussi présente.

En conclusion

Enfin, l'utilisation excessive de nos muscles peut également entraîner des troubles du sommeil. Les douleurs musculaires et les tensions peuvent rendre difficiles la détente et l’endormissement, ce qui peut causer de l'insomnie et de la fatigue.

Il est important de se rappeler que l'utilisation de nos muscles est importante pour maintenir une bonne santé physique et mentale, mais qu'il est également important de les utiliser de manière appropriée pour éviter les contrecoups douloureux et invalidants. Il est conseillé de consulter un thérapeute manuel tel qu’un orthothérapeute ou un médecin pour discuter de vos besoins et de vos limites physiques, et pour obtenir des conseils sur la façon de les utiliser de manière sûre et efficace.

Soins de massothérapie Québec

Qu'est-ce que la massothérapie spécialisée ?

Nous disons que la Clinique Halte-Mieux-être proposé une gamme de massage spécialisé pour soulager le stress et ses effets ainsi que pour diminuer les douleurs musculaires et articulaires. Qu’est-ce que la massothérapie spécialisée au juste ?

Vous êtes plusieurs à me demander de quoi il s’agit. Déjà, il faut faire la distinction entre un praticien en massage et un massothérapeute. Le praticien en massage possède 400 heures de formation et moins et s’occupe de la détente ponctuelle et de la fatigue musculaire en superficie.

Le massothérapeute aura au minimum 1000 heures de formation pour être en mesure d’effectuer de la thérapie manuelle grâce au massage et à ses connaissances du corps humain.

Lire l’article au complet

Quelques titres professionnels : Massothérapeute / Kinésithérapeute / Orthothérapeute

Massothérapeute

Le thérapeute utilise différentes techniques de massage pour diminuer les effets du stress et travailler sur les problématiques communes en lien avec les tissus mous tels que les muscles, les tendons, les ligaments, les capsules, les fascias.

Kinésithérapeute

Le massothérapeute utilise le mouvement pour redonner au corps sa coordination optimale et sa souplesse lors des mouvements. Le kinésithérapeute agit sur les effets du stress intense et l’équilibre musculaire ainsi que sur les problématiques musculosquelettiques communes telles que les contractures, les tendinites, les bursites, les entorses, les capsulites, les blessures musculaires, les effets de l’arthrose, etc.

Il aura un impact sur les muscles superficiels qui s’occupent du mouvement et sur les muscles intermédiaires qui stabilisent les articulations lors des mouvements.

Orthothérapeute

Le kinésithérapeute spécialisé utilise des techniques et des mouvements spécifiques pour travailler sur les muscles de la posture et de la respiration ; les muscles profonds. L’orthothérapeute intervient sur les systèmes musculaire et articulaire et vise le bon fonctionnement du système musculosquelettique.

Conclusion

En résumé, un massothérapeute spécialisé a plusieurs formations spécifiques qui lui donnent différentes techniques de massage et différents outils à mettre à votre service. Le kinésithérapeute est un massothérapeute spécialisé dans le mouvement ; l’orthothérapeute est un kinésithérapeute, donc un massothérapeute à la base, spécialisé dans la posture et les effets du stress en redonnant une amplitude respiratoire optimale.

À la Clinique Halte-Mieux-être, les massothérapeutes spécialisés se démarquent par leurs savoirs et la qualité de leur formation ; plus de 1200 heures de formation pour l’orthothérapie. Aimeriez-vous savoir comment nous adaptons nos soins de massothérapie à votre réalité en tant que massothérapeute spécialisé ? Ce sera un des prochains sujets. Salutations chaleureuses, Normand-Jimmy Gamache, massothérapeute spécialisé, orthothérapeute

Soins de massothérapie Québec

Qu'est-ce qu'un muscle en santé ?

Pour Antoine, plus un muscle est gros, plus il est en bonne santé. Pour Mélissa, un muscle en excellente santé n’est pas douloureux. Félix croit qu’un muscle en bonne santé lui permet d’effectuer les tâches de son quotidien sans difficulté. Qu’en est-il en réalité ?

Voyons ensemble quelques éléments qui vous indiquent si vos muscles sont en bonne santé ou non.

Lire l’article au complet

Les propriétés spécifiques des muscles

Outre son travail de contraction, le muscle doit pouvoir subir les tensions provoquées par les autres muscles. Il possède cinq propriétés qui lui permettent d’accomplir ce travail de façon optimale.

  • La contractilité : propriété qui entraine une diminution de la longueur du muscle et une augmentation de sa densité.
  • L’élasticité : propriété qui permet au muscle de reprendre sa forme initiale après une contraction ou un étirement.
  • L’extensibilité : propriété qui permet au muscle de s’allonger lorsqu’il subit l’action d’un muscle opposé.
  • La tonicité : c’est la tension résiduelle du muscle au repos. Il est comme un scout, toujours prêt.
  • L’excitabilité : propriété qui permet au muscle de recevoir les commandes du système nerveux et de pouvoir y réagir.

Conclusion

Un muscle en bonne santé est donc celui qui remplit ses différents rôles et qui possède pleinement ses cinq propriétés. Pour résumer, un muscle au repos est mou et demande peu d’énergie ; il n’est pas fatigué, courbaturé, tendu ou contracturé (les fameux nœuds). Lors du travail, le muscle est fort et endurant ; les mouvements sont souples, fluides et amples.

Maintenant que nous avons une meilleure idée de ce qu’est un muscle en santé, quels sont les contrecoups de son utilisation ? Comment doit-il se nourrir pour rester en forme et effectuer son travail ?

À suivre… Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Centre de kinésithérapie Québec

Avez-vous tendance à vous faire du cinéma ?

Ici, je ne fais pas référence à une sortie au cinéma pour visionner le dernier film d’action ou d’amour, mais bel et bien à l’expression « se faire un cinéma ». Certains diraient « faire tout un cinéma » ou « se faire des films ».

En d’autres mots, il vous arrive peut-être de vous raconter des histoires et finir par y croire. Cela vous rappelle quelque chose, j’en suis certain ! Pour ma part, ayant plusieurs « hamsters » à mon service, il m’arrive de me faire des scénarios ; parfois, ce sont des scénarios très sympathiques, mais mon imagination a aussi la capacité d’élaborer des scénarios catastrophes dignes d’un film hollywoodien. C’est d’autant plus vrai quand je suis fatigué. La spirale du stress s’installe sournoisement.

Vous dites possiblement que c'est la réalité du stress au quotidien et vous avez bien raison. Il est bien souvent pire d'anticiper une situation que la vivre.

Lire l’article au complet

La cha​sse aux mammouths

Dernièrement, j’ai eu l’occasion de participer à une formation continue en format webinaire sur le stress intitulé « La chasse aux mammouths » donné par Marie-France Marin, chercheuse au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. La présentatrice comparait justement le stress au CINÉ. En décortiquant ce mot, nous avons les quatre éléments qui peuvent devenir des sources de stress :

  • Contrôle faible — sentiment d’impuissance face à la situation
  • Imprévisibilité – situation inattendue, incapacité de prévoir ce qui va se produire
  • Nouveauté — situation nouvelle qui n’offre pas de référents avec ce qui est connu
  • Ego menacé — compétences et connaissances sont mises en doute ou à l’épreuve

Vous comprenez que les éléments sources du stress peuvent s’accumuler.

Pour nous aider à contrôler notre stress, elle nous suggérait essentiellement deux choses :

Prendre soin de son mental Prendre soin de son physique
Faites-vous un tableau avec 5 colonnes : l’élément déclencheur du stress, C, I, N et E. Écrivez ce qui vous stress et établissez en quoi cela vous stress selon les sources de stress tiré du mot CINÉ. C’est plus facile par la suite d’élaborer votre plan de résilience ou de contrôle de la situation. Presque aussi simple que de dire 1-2-3 : Respirez, bougez, riez ! Ajoutez à cela une bonne alimentation, un bon sommeil, une bonne élimination et vous êtes sur la bonne voie.

Vous conviendrez que la massothérapie est une belle façon de prendre soin à la fois de son mental et de son physique.

Vous aimeriez en savoir davantage sur le stress et apprendre à mieux le gérer ?

Visitez-le stresshumain.ca. En attendant de vous voir bientôt, je vous souhaite une excellente journée !

Votre orthothérapeute, Normand-Jimmy Gamache

Cinq raisons de se faire masser - Pour améliorer votre qualité de vie

On me demande souvent quelles sont les raisons pour lesquelles les gens viennent nous voir en tant que massothérapeute. En réalité, il y a autant de raisons que d’éléments qui ont des impacts sur votre santé physique et votre santé mentale. Ce qui peut faire beaucoup de raisons !

Lire l’article au complet

Cependant, il est facile de les regrouper et je vous en présente cinq :

  • Douleurs musculaires : Je dois l’avouer, la plupart des gens fonctionnent à la douleur et c’est la raison première qui fera que les gens vont venir à la Clinique Halte-Mieux-être une première fois. La douleur est l’indicateur qu’il est temps de s’occuper de soi.
  • Douleurs articulaires : Que ce soit pour diminuer l’inflammation, augmenter l’amplitude articulaire ou tout simplement pour bouger mieux, la massothérapie spécialisée est une thérapie manuelle de choix qui apporte d’excellents résultats. C’est agréable de voir une différence notable avant et après un massage.
  • Effets du stress : La vie va tellement vite. Pensons, par exemple, au quotidien, au travail, aux événements particuliers tels que les déménagements, les changements d’emplois, l’achat d’une maison, l’arrivée d’un enfant dans la famille, le décès d’un proche, l’annonce d’une maladie. Que ce soit un bon stress ou un mauvais stress, le stress aura toujours un impact sur vous. Et ce, même quand vous ne vous en rendez pas compte.
  • Remise en forme : Quels que soient vos objectifs, la massothérapie et votre thérapeute peuvent vous accompagner dans vos démarches. Vous désirez vous mettre en forme, augmenter vos performances dans un sport ou encore être en mesure d’effectuer les activités du quotidien, votre massothérapeute spécialisée vous accompagnera.
  • Prévention : Un peu comme nous prenons le temps d’entretenir notre véhicule avec des visites régulières au garage, nous devrions prendre le temps d’entretenir la plus importante machine qui soit : votre propre corps ! Et avouez que vous le méritez amplement.

 
En résumé, se faire masser peut améliorer votre qualité de vie en soulageant vos douleurs musculaires et articulaires, en réduisant les effets du stress, en aidant à la remise en forme et en prévenant les tensions musculaires. C’est également un moyen de prendre soin de soi et de se détendre. Il est donc important de prendre le temps de s’accorder une pause bien méritée et de s’occuper de votre corps.
 
Et si tout va bien, pourquoi investir ce temps pour soi ? Pour s’assurer que les tensions musculaires et les douleurs ne reviennent pas… et pour le plaisir tout simplement !
Au plaisir de vous voir bientôt,
 
Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Conscientisation corporelle

Pourquoi votre massothérapeute vous parle-t-il de cela régulièrement ?

La conscientisation corporelle est la prise de conscience de votre corps, de ses sensations et de ses mouvements. Cela inclut également la prise de conscience de vos émotions et de vos pensées, ainsi que de la manière dont elles interagissent avec votre corps.
 
La conscientisation corporelle est importante, car elle vous permet de mieux comprendre votre corps et de développer une relation plus saine avec lui. C’est pour cela que votre massothérapeute vous parle de cette notion régulièrement : il a le souci de vous aider à identifier vos tensions et vos douleurs physiques, à mieux comprendre vos émotions et à les gérer plus efficacement, et à améliorer votre posture et votre mouvement.
 
La conscientisation corporelle peut également aider à améliorer votre santé mentale en vous aidant à réduire le stress et l’anxiété. En prenant conscience de vos pensées et de vos émotions, vous pouvez les comprendre et les gérer de manière plus efficace, ce qui peut réduire les symptômes de stress et d’anxiété.

Lire l’article au complet

Comment développer cette conscientisation corporelle

​​​​​Heureusement, il existe plusieurs méthodes pour développer votre conscientisation corporelle tel que :

La méditation

La méditation est une pratique qui consiste à vous concentrer sur un objet, une pensée ou une respiration pour calmer votre esprit et prendre conscience de votre corps.

Le yoga : 

Le yoga est une pratique qui combine des postures physiques, une respiration consciente et une méditation pour développer votre conscientisation corporelle.

La pratique de la conscience corporelle : 

Cela inclut la marche consciente, la danse consciente, la pleine conscience en mouvement, qui implique de se concentrer sur les sensations du mouvement et de la respiration. C’est un peu comme si vous deviez prendre le temps d’ÊTRE et non pas seulement de FAIRE.

Le massage : 

Le massage est également une méthode efficace pour développer votre conscientisation corporelle.

La massothérapie et la conscientisation corporelle

Lorsque vous recevez un massage, vous êtes plus alerte sur ce qui se passe dans votre corps, de ses tensions et de ses douleurs. La preuve, vous vous souvenez certainement d’avoir dit quelque chose du genre pendant un massage : « Oh, je n’avais pas réalisé que j’avais mal à cet endroit. ». Vous pouvez dans ce cas apprendre à identifier les zones de tension et de douleur et à les traiter de manière efficace dans votre quotidien.

En détendant vos muscles et en réduisant vos douleurs, vous améliorez votre posture et votre mouvement. En pratiquant régulièrement le massage, vous développez une meilleure conscientisation de votre corps, donc de ses besoins.

En conclusion

En résumé, la conscientisation corporelle est l’importance de prendre conscience de notre corps, de ses sensations et de ses mouvements. Cela peut vous aider à mieux comprendre votre corps et à développer une relation plus saine avec lui. Cela peut également aider à améliorer votre santé mentale en réduisant le stress et l’anxiété. En combinant le massage avec d’autres pratiques de conscientisation corporelle comme la méditation ou le yoga, vous pouvez renforcer les bienfaits pour votre santé physique et mentale.

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Guasha IASTM

Est-ce que Guasha vous dit quelque chose ? C’est une thérapie manuelle qui prend ses origines de la médecine traditionnelle chinoise. Il s’agit d’utiliser un instrument et de le frotter sur la région ciblée afin de travailler les tissus mous. Cette approche orientale a été revisitée pour créer une version moderne occidentale que l’on nomme l’IASTM (Instrument assisted soft tissue mobilization — Mobilisation des tissus mous assistée par instrument).

Lire l’article au complet

BIENFAITS

L’utilisation de l’IASTM permet de :

  • Soulager les douleurs ;
  • Diminuer ou augmenter le tonus musculaire ;
  • Diminuer les adhérences ;
  • Donner de la souplesse à la peau ;
  • Favoriser la mobilité articulaire.

 
DÉROULEMENT

Après avoir réchauffé la zone ciblée avec le massage, le thérapeute utilise un instrument dont la forme peut différer en fonction de la région à travailler. Il met une pression sur la peau avec l’instrument afin de frotter ou gratter les fascias et les muscles ciblés. La pression exercée est adaptée au seuil de tolérance du client, mais aussi selon le but recherché. L’IASTM est utilisé comme technique complémentaire lors d’un soin en massothérapie, kinésithérapie ou orthothérapie.
 
CONCLUSION

Grâce à cette technique complémentaire, nous pouvons travailler différemment les tissus mous du corps : graisses, tissus fibreux, vaisseaux sanguins, vaisseaux lymphatiques, nerfs, fascias, muscles, tendons, ligaments. Il est étonnant de constater les résultats rapides sur les déséquilibres musculaires, les problématiques inflammatoires et les adhérences. Venez l’essayer !
 
Normand-Jimmy Gamache, Orthothérapeute

La douleur, un phénomène mystérieux

Tout le monde a déjà ressenti de la douleur pour des raisons assez variées. Vous avez probablement remarqué aussi que chaque personne a une tolérance à la douleur qui lui est propre. Un même événement se produit chez plusieurs personnes et nous nous retrouvons avec des niveaux de douleurs complètement différents. Comment se fait-il que la douleur nous semble si mystérieuse ? Tentons de mieux comprendre ce phénomène.
 
Qu’est-ce que la douleur ? C’est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable résultant d’une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite en de tels termes. Il s’agit d’une sensation subjective. Associée à notre perception de l’événement et influencée par nos expériences passées. (IASP dans APES, 2019)

Lire l’article au complet

Composantes de la douleur

Quelle que soit l’origine de la douleur, c’est un phénomène complexe dont la perception fait intervenir quatre composantes.

Composante sensorielle

Pour faire court, disons que beaucoup de nos structures possèdent des capteurs sensitifs, ce qui leur permet d’envoyer des renseignements vers notre cerveau sur l’état de la situation. Une fois que le cerveau reçoit l’information, il décode et analyse ce qui se passe pour ensuite réagir. Cette composante sensorielle permet d’analyser la nature, la localisation, la durée et l’intensité de la stimulation douloureuse. C’est alors qu’un message d’alerte est envoyé sous forme d’expérience désagréable, la douleur. Déjà, selon ce que le cerveau fait des messages reçus, la résultante peut être très variée.

C’est cette composante qui fait que pendant le massage, l’analyse du cerveau concernant l’état de votre corps se modifie. Rappelez-vous les fois où lors de votre massage vous avez dit « Oh, je ne savais pas que j’avais mal à cet endroit » ou encore « Le lendemain, je me sentais raqué même si pendant le massage je n’avais pas mal ».

Composante affective et émotionnelle

L’analyse de la situation et la réaction que le cerveau coordonne sont teintées par la connotation désagréable et pénible liée à la perception de la douleur. Cette perception est pour certains sans importance alors que pour d’autres, elle peut évoluer vers des états d’anxiété et de dépression. La durée de la sensation joue pour beaucoup pour cette composante.

Ce qui veut également dire que lorsque nous sommes dans un état de fatigue ou de stress, la perception de la douleur pourrait augmenter en intensité.

Composante cognitive

Les processus mentaux sont susceptibles de moduler et d’influencer la valeur de la douleur en se référant à la signification ou à nos interprétations de la situation. Nos croyances, le contexte et la motivation peuvent aussi changer la perception de la douleur. Les souvenirs et les expériences du passé vont modifier l’analyse.

En effet, la perception de la douleur peut être atténuée momentanément quand nous sommes distraits par une occupation. En exemple, pensons à l’enfant qui tombe de sa bicyclette. Si le parent se met à paniquer, la perception de la douleur de l’enfant risque d’être plus élevée que si on lui indique que ce n’est pas grave et qu’il peut réessayer. C’est ce qui explique également pourquoi un sportif termine sa compétition malgré une blessure importante.

Composante comportementale

Ici, ce sont l’ensemble des manifestations observables (végétatives, verbales et motrices) qui vont teinter la perception de la douleur.

Nos cris, nos grimaces, nos réactions d’évitement, nos postures antalgiques, notre immobilité ou notre agitation, par exemple, peuvent augmenter ou diminuer la douleur perçue. Soyons honnêtes, le comportement autour de nous peut également changer notre perception.

 ​​​​​L'influence

L’ensemble de ces dimensions est lui-même sous l’influence de facteurs environnementaux, professionnels, familiaux, sociaux et culturels, passés ou présents.

Jacquemin & De Broucker (2014) décrit la douleur globale ou totale selon quatre volets :

  • Douleur psychologique (isolement, crainte, dépression, colère) ;
  • Douleur spirituelle (remords, sens de fin de vie, croyances) ;
  • Douleur sociale (économique, familiale, au travail, avec les amis) ;
  • Douleur physique (maladies, symptômes, traitements, traumatismes).

La douleur, un symptôme pas commode

En résumé, maintenant nous comprenons que la douleur est le résultat d’une interprétation de différents messages qui est influencée par nos émotions, nos comportements et nos expériences. L’avantage de cette connaissance est que nous savons que nos pensées positives peuvent être favorables et diminuer la perception de notre douleur. Ce n’est pas un ingrédient magique, mais il est utile.

Un peu comme la fièvre nous indique qu’il se passe quelque chose avec notre système immunitaire sans que l’on puisse dire exactement quelle en est la cause, la douleur est un symptôme qui nous donne un signal d’alarme. Je dirais que c’est un type de symptôme universel ; la douleur est là pour bien des raisons. L’origine de la lésion peut être locale, nerveuse, organique ou en lien avec une mauvaise posture. C’est pourquoi votre massothérapeute, ou tout autre professionnel de la santé vous questionnent pour mieux cibler l’origine de la douleur et être en mesure de traiter la cause la plus plausible possible et non pas seulement diminuer le symptôme de façon temporaire.

Dans un prochain article, j’aborderai quelques types de douleur, dont la douleur aiguë et la douleur chronique.

D'ici là, je vous souhaite une belle semaine !

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

La nutrition du muscle pour son fonctionnement optimal

Lorsque nous pensons à la bonne santé de notre corps, déjà, nous pensons à notre hygiène de vie. Par exemple : une alimentation saine et équilibrée, pratiquer du sport ou tout simplement bouger et dormir adéquatement. Pour bien nourrir nos muscles et s’assurer qu’ils effectuent le travail qu’on leur demande, ce n’est pas si différent. C’est-à-dire qu’ils ont besoin de nutriments pour se nourrir, qu’ils ont besoin de bouger afin de garder leur flexibilité et leur force et ils ont besoin de récupération pour se réparer et refaire le plein d’énergie.
 
Alors, quels sont les besoins de vos muscles pour bien se nourrir et travailler efficacement ?

Lire l’article au complet

L'alimentation

Il existe plusieurs éléments clés pour bien nourrir vos muscles grâce à l’alimentation :

Protéines : Les protéines sont essentielles pour la croissance et la réparation des muscles. Il est recommandé de consommer suffisamment de protéines pour maintenir et augmenter la masse musculaire. Les aliments riches en protéines comprennent la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers et les légumineuses.

Glucides : Les glucides sont l’énergie principale utilisée par les muscles lors de l’entraînement. Il est donc important de consommer suffisamment de glucides pour fournir de l’énergie aux muscles pendant l’exercice. Les aliments riches en glucides comprennent les fruits, les légumes et les grains entiers.

Graisses saines : Les graisses saines, comme les acides gras oméga-3 et les acides gras mono-insaturés, aident à maintenir les niveaux d’énergie et à réduire l’inflammation. Les aliments riches en graisses saines comprennent les avocats, les noix et les graines.

Vitamines et minéraux : Les vitamines et les minéraux sont importants pour la récupération musculaire et la santé globale. Il est donc important de consommer suffisamment de fruits et légumes pour obtenir les nutriments nécessaires.

D'autres éléments clés
 

Parmi les autres éléments clés pour bien nourrir nos muscles :

Hydratation : L’eau est essentielle pour la récupération musculaire et l’élimination des déchets produits par l’exercice. Buvez suffisamment d’eau pour maintenir une bonne hydratation.

Mouvement : Pour que l’oxygène et les nutriments puissent nourrir efficacement le muscle, le corps utilise le mouvement. Les liquides circulent à travers notre organisme grâce, entre autres, aux réseaux sanguin et lymphatique. Ces derniers sont grandement aidés par l’activation des muscles. Il est donc important de bouger régulièrement.

En conclusion

Donc, le muscle a des besoins spécifiques pour son fonctionnement optimal et demeurer en bonne santé. Assurez-vous de fournir les protéines, les glucides, les graisses saines, les vitamines et les minéraux nécessaires à la bonne santé de vos muscles. L’hydratation et l’activité physique permettront également de faciliter la bonne nutrition de vos muscles.

Il est important de noter que les besoins nutritionnels varient en fonction de chaque individu. Les différents professionnels de la santé sont là pour vous aider, au besoin.

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Les avantages de la massothérapie pour la récupération sportive

Rappelons que la massothérapie est une forme de thérapie physique qui utilise des techniques manuelles pour aider à soulager la douleur, la tension et l’inflammation. Elle est particulièrement bénéfique pour les sportifs qui cherchent à améliorer leur performance ou leur récupération et à prévenir les blessures.

Lire l’article au complet

Principaux avantages

Amélioration de la gestion des déchets métaboliques

L’une des principales raisons pour lesquelles la massothérapie est si bénéfique pour les sportifs est qu’elle peut aider à réduire l’accumulation d’acide lactique dans les muscles. L’acide lactique est un produit de décomposition de l’acétylcholine, un neurotransmetteur qui est produit lorsque les muscles sont sollicités pendant l’exercice. Lorsque l’acide lactique s’accumule dans les muscles, il peut causer des douleurs et des raideurs. La massothérapie peut aider à réduire l’accumulation de l’acide lactique en augmentant la circulation sanguine dans les muscles et en aidant à éliminer les déchets métaboliques.
 

Amélioration de la récupération physique

La massothérapie peut également aider les sportifs à récupérer plus rapidement après un entraînement ou une épreuve sportive. Elle permet de détendre les muscles tendus et endoloris, ce qui peut réduire le temps de récupération. Elle peut également aider à améliorer la flexibilité et la mobilité des articulations, ce qui peut prévenir les blessures et améliorer les performances sportives.
 

Amélioration de la gestion de l’anxiété avant les compétitions

La massothérapie peut également aider les sportifs à gérer le stress et l’anxiété associés à la compétition. Elle peut aider à détendre les muscles tendus et endoloris, ainsi qu’à réduire les niveaux de cortisol, l’hormone du stress. Cela peut aider les sportifs à se concentrer sur leur performance et à se sentir plus détendus et confiants.
 

Amélioration de la qualité de sommeil

Enfin, la massothérapie peut également aider les sportifs à améliorer leur qualité de sommeil. Les douleurs musculaires et les tensions peuvent rendre difficile de s’endormir et de rester endormi, ce qui peut causer de la fatigue et des performances sportives moins bonnes. La massothérapie peut aider à réduire les douleurs et les tensions, ce qui peut améliorer la qualité de sommeil.
 

Conclusion

Il est important de noter que la massothérapie est un complément pour aider à améliorer la récupération et la performance sportive. N’hésitez pas à discuter avec votre massothérapeute spécialisé de la Clinique Halte-Mieux-être de vos besoins et de vos limites physiques. Nous pourrons travailler avec vous Pour améliorer votre qualité de vie et vous diriger vers d’autres professionnels, au besoin.

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Maux de dos chroniques

Comment la massothérapie peut-elle aider à les soulager ?

Le mal de dos est l’une des principales causes de douleur et d’invalidité dans le monde. Pour que la douleur soit chronique, elle doit être présente depuis six mois au minimum. Les douleurs chroniques au dos peuvent être causées par de nombreux facteurs, notamment les mauvaises postures, les blessures, les maladies dégénératives et les troubles musculosquelettiques.

La massothérapie est une forme de thérapie physique qui peut aider à soulager les douleurs chroniques au dos en améliorant la circulation sanguine, en détendant les muscles tendus et en réduisant l’inflammation.

Lire l’article au complet

Pour soulager les douleurs

Circulation sanguine

La massothérapie peut aider à améliorer la circulation sanguine dans les muscles du dos. En augmentant la circulation sanguine, les nutriments et l’oxygène sont transportés vers les tissus, ce qui peut aider à réduire l’inflammation et la douleur. Une meilleure circulation sanguine aide également à éliminer les déchets métaboliques qui peuvent causer des adhérences et des douleurs chroniques au dos.

Détendre les muscles

La massothérapie peut également aider à détendre les muscles tendus et endoloris du dos. Les muscles tendus peuvent causer des douleurs chroniques au dos, en particulier dans la région lombaire. La massothérapie spécialisée peut aider à réduire la tension dans les muscles en utilisant des techniques manuelles comme le massage et les mobilisations musculaires pour étirer ou renforcer les muscles. Certains outils tels que le vibromasseur, les ventouses et les lames de Guasha/IASTM aident également à obtenir d’excellents résultats.

Flexibilité et mobilité

La massothérapie peut également aider à améliorer la flexibilité et la mobilité des articulations du dos. Les articulations rigides peuvent causer des douleurs chroniques au dos, en particulier dans la région lombaire. La massothérapie peut aider à améliorer la flexibilité et la mobilité des articulations en utilisant des techniques manuelles permettant l’étirement des fibres musculaires et des fascias. C’est là que le massothérapeute spécialisé utilise le mouvement à travers le massage pour répondre à cet objectif.

Effets du stress

Soyons honnêtes, le stress augmente les tensions musculaires ; et ce, même lorsque vous ne réalisez pas être stressé. Le stress est une réponse à un stimulus. Plus vous êtes stimulé, plus les réponses (le stress) s’accumulent. Le massage aide à réduire les effets du stress, de l’anxiété et de l’insécurité qui peuvent aggraver les douleurs chroniques au dos. La détente des muscles tendus et endoloris réduit les niveaux de cortisol, l’hormone du stress. Si vous souffrez de douleurs chroniques au dos, la détente va vous permettre de vous sentir plus détendu et confiant.

En conclusion

​​​​​Il est important de noter que la massothérapie ne doit pas être considérée comme un remplacement pour les soins médicaux, mais plutôt comme un complément pour aider à soulager les douleurs chroniques au dos. Consultez votre massothérapeute spécialisé et votre médecin pour discuter de vos besoins et de vos limites physiques afin d’obtenir des conseils adaptés pour diminuer vos douleurs. Il est fort à parier que votre massothérapeute vous encouragera à jumeler la massothérapie avec l’entrainement physique, un programme d’exercice ou d’autres formes de thérapie selon votre réalité.

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Comment bien étirer ses muscles ?

Les étirements sont un moyen efficace de maintenir la flexibilité musculaire et de prévenir les douleurs et les blessures. Les étirements permettent de détendre les muscles tendus et de préparer le corps à l'exercice. Cependant, il est important de bien étirer pour éviter les dommages et obtenir les meilleurs résultats.

Lire l’article au complet

Recommandations de base

  • Échauffez-vous avant de commencer à étirer. L'échauffement permet de préparer les muscles à l'étirement en augmentant la température corporelle et la circulation sanguine.
  • Étirez lentement et en douceur, jamais de manière brusque ou violente. Il est important de ne jamais forcer ou tirer sur les muscles pour éviter les douleurs ou les blessures.
  • Maintenez chaque étirement pendant au moins 30 secondes. Plus vous maintenez longtemps l'étirement, plus les fibres musculaires se relâchent, vous permettant d'obtenir un étirement plus complet.
  • Respirez profondément et régulièrement pendant que vous étirez. La respiration profonde aide à détendre les muscles et à améliorer la circulation sanguine.
  • Étirez les muscles dans plusieurs directions différentes pour un étirement complet.

Il est important de rappeler que les étirements ne doivent pas causer de douleur, ils doivent être confortable. En cas de douleur, il est préférable de s'arrêter et d’en discuter avec votre kinésithérapeute ou votre orthothérapeute. Il pourra évaluer la situation avec vous et vous donner des instructions précises pour bien effectuer l’exercice recommandé à votre réalité. Au besoin, il pourra vous suggérer de consulter votre médecin ou un autre type de professionnel.

En conclusion

En somme, les étirements sont un moyen efficace de maintenir la flexibilité musculaire et de prévenir les douleurs et les blessures. Il est important de bien étirer pour éviter les dommages et obtenir les meilleurs résultats. Il est important de se rappeler d'échauffer avant de commencer à étirer, étirer lentement et en douceur, maintenir chaque étirement pendant au moins 30 secondes, respirer profondément et régulièrement, et étirer les muscles dans plusieurs directions différentes pour un étirement complet. Il est également important de consulter un professionnel de la santé avant de commencer un programme d'étirement pour éviter les complications ou si vous ressentez de la douleur lors des étirements.

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Adopter une position adéquate pour dormir

Adopter une position adéquate pour dormir

Pour retirer le maximum de votre sommeil

Jean-Christophe dort sur le dos, raide comme une barre sans oreillers, tandis que Sophie, sa conjointe, dort sur le côté droit avec les jambes allongées et sa tête déposée sur deux oreillers minces. Alice, leur fille de 16 ans, dort en étoile sur le ventre entouré de ses six oreillers. Bien qu’ils aient une position pour dormir complètement différente, ils ont un point en commun : le matin, ils se réveillent avec des douleurs musculaires. Pourquoi !?!

Lire l’article au complet

Pendant le jour, nous accumulons des tensions de toutes sortes. Pendant la nuit, l’idéal est de pouvoir relâcher les muscles. Pour y arriver, nous devons donc adopter une position de sommeil dite neutre, d’autant plus qu’elle risque d’être statique pendant une longue durée. Une position neutre doit tenir compte de l’axe naturel de la colonne vertébrale et de la tête. Ce qui veut dire que les régions lombaire, dorsale, cervicale et de la tête doivent être alignées.

Se coucher sur le ventre

Si comme Alice, vous recherchez le calme et la liberté en dormant sur le ventre, vous êtes certainement de ceux qui se réveillent avec des douleurs au cou et au bas du dos. Vous avez possiblement de fréquents maux de tête. Si c’est votre cas, je vous suggère fortement d’apprendre à dormir sur le dos ou sur le côté.

Pour réussir à dormir sur le ventre adéquatement, il faudrait dormir les jambes relevées en grenouille et un oreiller sous l’abdomen afin de rétablir une bonne courbure de la colonne vertébrale dans la région lombaire (bas du dos). Pour sauvegarder les muscles de votre cou, il faudrait garder la tête droite, dans le bon axe ; c’est le plus difficile dans cette position. Pour y arriver, vous ne devez pas dormir la tête sur le côté, mais bel et bien le nez vers le matelas.

Dans cette position, et pour respirer librement, il faudrait surélever le corps en entier avec des oreillers et en mettre une sous le front pour libérer le visage ; le danger est d’avoir la nuque vers l’arrière. Vous comprenez alors que dormir sur le ventre dans une position anatomiquement adéquate est un défi en soi. Je vous suggère donc d’oublier cette position de sommeil !

Se coucher sur le dos

La confiance que Jean-Christophe témoigne par son habitude de dormir sur le dos est belle à voir ; on dirait un soldat prêt à réagir. Malgré tout, à son réveil, il a certaines lourdeurs dans les jambes et des douleurs au niveau des genoux ; il a la sensation que la tête est lourde. Il lui arrive, également, d’avoir un inconfort au bas du dos, persuadé que c’est parce qu’il travaille fort physiquement et qu’il s’entraine beaucoup ; ce qui est effectivement une partie de la réponse.

Se coucher sur le dos est une excellente façon de dormir. Il faut néanmoins s’assurer que notre position est la plus neutre possible pour que notre musculature relâche complètement. Pour que Jean-Christophe et vous puissiez vous réveiller en pleine forme et que vous soyez prêt à affronter votre quotidien, je vous suggère de dormir avec un oreiller mince sous vos épaules et votre tête ; la circulation sanguine se fera mieux et diminuera la sensation d’avoir une tête lourde au réveil ; assurez-vous que vos oreilles soient au même niveau que les épaules.

Je vous suggère également de mettre un oreiller sous vos genoux ; de cette façon, les tensions aux genoux et au bas du dos seront diminuées ; puisque la circulation sanguine sera améliorée, vous n’aurez pas la sensation d’avoir les jambes lourdes. N’hésitez pas à mettre également un oreiller sous les cuisses pour diminuer davantage vos tensions à la région lombaire. Et pour ceux qui ont besoin de réconfort et de chaleur, mettez un oreiller moelleux sur votre abdomen, vos mains par-dessus.

Se coucher sur le côté

Beaucoup de gens, comme Sophie, dorment sur le côté. C’est une bonne habitude à prendre. Il faut tout de même s’assurer de notre confort et garder notre colonne vertébrale dans l’axe. Dans le cas de Sophie, elle a de petites raideurs au niveau du cou et son dos la fait souffrir à son réveil. C’est peut-être votre cas aussi !?!

Voici quelques conseils pour améliorer votre sommeil dans cette position chaleureuse et réconfortante. Commençons par l’oreiller : assurez-vous d’avoir une bonne épaisseur, de sorte que votre tête reste dans le même axe que votre colonne vertébrale. Plus votre épaule est large, plus votre oreiller sera épais. Attention, cependant, de ne pas dormir la tête trop haute.

Pour obtenir un bon relâchement au niveau du dos et des jambes, je vous suggère de replier les deux jambes pour recréer la position du fœtus et d’installer un oreiller entre vos deux jambes. Si vous préférez replier une jambe plus que l’autre, privilégiez celle sur le dessus. Vos bras pourront être pliés, un peu comme vos jambes.

Conclusion

Chaque personne gagne à évaluer sa posture de sommeil pour se réveiller en forme et sans douleur. L’important est de garder une position dite neutre afin que les muscles se relâchent et que votre corps puisse récupérer. C’est de cette façon également que votre organisme pourra utiliser son énergie à la réparation des tissus. N’hésitez pas à en parler avec votre orthothérapeute pour trouver la meilleure posture à adopter pendant votre sommeil. Rappelez-vous, il faut 21 jours pour adopter une nouvelle habitude de vie ; alors, ne baissez pas les bras aussi vite…

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Éviter une tendinite ou faciliter sa guérison

La tendinite est une affection douloureuse qui se caractérise par l’inflammation d’un tendon, c’est-à-dire d’un tissu fibreux qui relie le muscle sur l’os. Elle peut être causée par des mouvements répétitifs, des positions statiques prolongées, un surmenage ou un équipement inadapté. Heureusement, il existe plusieurs moyens d’éviter une tendinite.

Voici quelques-uns des moyens pour éviter une tendinite ou pour en faciliter la guérison:

Lire l’article au complet

  • Faites des étirements et des exercices de renforcement pour renforcer les muscles et les tendons avant de commencer une activité physique.
    • Les étirements vous permettent de préparer les muscles et les tendons à l’effort.
    • Les exercices de renforcement vous permettent de fortifier les tendons et les muscles pour qu’ils soient moins sujets aux blessures.
  • Évitez les mouvements répétitifs et les positions statiques prolongées qui peuvent causer de la fatigue, de l’irritation et de l’inflammation des tendons. Si vous devez effectuer des mouvements répétitifs, prenez des pauses régulières pour permettre à vos tendons de se reposer et de récupérer. Il est également important de changer régulièrement de position pour éviter de maintenir une position statique trop longtemps.
  • Utilisez un équipement approprié et adapté. Les chaussures, les raquettes, les outils, les postes de travail et autres doivent être adaptés à votre morphologie et à votre activité pour éviter de mettre trop de pression sur les tendons.
  • Arrêtez l’activité en présence de douleurs ou de raideurs. Si vous sentez des douleurs ou des raideurs dans un tendon, il est important d’arrêter l’activité et de faire de la glace sur la zone douloureuse pour réduire l’inflammation.
  • Consultez ! Il est également important de consulter un médecin ou votre massothérapeute spécialisé (kinésithérapeute ou orthothérapeute) si vous avez des douleurs récurrentes. Grâce à un plan de traitement adapté, la capacité de guérison de votre corps sera facilitée et vous pourrez retrouver vos activités normales plus rapidement que si vous ne faites rien.
  • Respectez les limites de son corps. Ne forcez pas sur des exercices ou des activités qui sont trop difficiles pour vous, et écoutez les signaux d’alarme que vous envoie votre corps.

En suivant ces conseils, vous pouvez réduire considérablement les risques de tendinite et continuer à profiter de vos activités physiques sans douleur. Advenant le cas où la tendinite est installée, mettez en application ces recommandations afin de réduire la douleur et vous assurez une guérison pleine et entière. Plus vite que la douleur est adressée, plus vite la guérison est possible.

Normand-Jimmy Gamache, orthothérapeute

Prenez rendez-vous dès maintenant !